Un monde sans pitié

Un monde sans pitié

Un monde sans pitié, celui des jeunes hommes, des jeunes filles qui vivent l’aube des années quatre-vingt-dix. Un monde où semble-t-il ne reste plus que l’amour comme unique aventure.

  • Prix Michel Simon 1989
  • César de la meilleure première œuvre
  • César du meilleur espoir masculin (Yvan Attal)
  • Prix Louis-Delluc 1989

Après des études de philosophie, Éric Rochant intègre l’Idhec à 19 ans sur les bancs de laquelle se noue une complicité avec de futurs cinéastes nommés Pascale Ferran, Éric Barbier ou Arnaud Desplechin.
En 1989, il s’essaie au long métrage avec Un Monde sans pitié, le portrait drôle et touchant d’une jeunesse désenchantée, qui enthousiasme la critique et le public.
Éric Rochant choisit Yvan Attal pour incarner les héros de ses deux films suivants, tout d’abord Aux yeux du monde (1991), puis Les Patriotes (1994). Le cinéaste navigue ensuite entre plusieurs genres : le conte onirique avec Anna Oz (1996), la comédie citoyenne avec Vive la République ! (1997), le polar décalé avec Total Western (2000). Mais il peine à retrouver la voie du succès. Il revient en 2006 avec L’École pour tous, après une long silence.

Festival Ville et Cinéma de la Maison de l'Architecture en Ile de France : «Intimité», du 23 au 26 juin 2015