The savage eye

La caméra suit Judith dans les rues de Los Angeles. Récemment divorcée, elle tente de refaire sa vie. Au cours de ses pérégrinations, elle va faire d’étranges rencontres dans le milieu des fanatiques religieux, des laissés-pour-compte du monde urbain, de toutes sortes de gens qui, bien qu’à l’image de son propre échec personnel, lui donneront la volonté de refaire sa vie.

Ben Maddow est l’auteur d’une trentaine de scénarios pour le cinéma. Il réalise six films, de History and Romance of Transportation (1939) à A Storm of Strangers (1969). Car il a été « blacklisté », Ben Maddow répond aussi aux pseudonymes de David Wolff et David Forrest ainsi qu’au prête-nom de Philip Yordan.

Film hagard, à la fois cotonneux et tranchant, The Savage eye surprend par la noirceur avec laquelle il enregistre le cauchemar climatisé de l’Amérique triomphante des 50′s
Jérôme Momcilovic (Chronic’art)

The savage eye est une œuvre hybride sortie en 1960, sorte de « documentaire expérimental », qui s’inscrit d’une manière étonnante à mi-chemin d’un cinéma vérité et d’une étude formelle, pratiquant une incision dans la société américaine des 50′s.

Festival Ville et Cinéma de la Maison de l'Architecture en Ile de France : «Intimité», du 23 au 26 juin 2015