Raddem

Raddem

Nour est née à Beyrouth, ville qu’elle a quittée assez jeune. Elle y revient à l’automne 1996 pour régler quelques formalités et retrouver un photographe nommé Samir, qui a pris, avant la guerre, des photos de sa maison familiale. Une maison qui n’existe plus… Le thème du passé, qui prend corps ici dans l’attention minutieuse portée aux lieux, est déjà au cœur du discours de Raddem, et de l’œuvre de la réalisatrice.

Sans que ce soit totalement conscient chez elle, une bonne partie des films de Danielle Arbid a pour point de départ une photo. Dans Raddem, son premier court métrage, il y a déjà dix ans!, une jeune fille revenait sur les lieux d’une image. Le fait qu’elle tienne cette photo entre ses mains mais qu’en face d’elle il n’y ait plus que l’amnésie, de l’oubli plus ou moins volontaire, qu’elle ne rencontre que le silence, le non-dit et le vide (Raddem se traduit en français par Démolition) a suffit à faire de ce court métrage le déclencheur d’une filmographie qui allait, pendant un bout de temps, faire de la mauvaise mémoire son grand sujet. (…) Le cinéma, même en chambre, même en DV ou en Super-8, c’est quand même une façon violente de faire du bruit, de réveiller les morts, et avec eux les vivants.
Philippe Azoury (Libération)

Danielle Arbid : Née à Beyrouth en 1970, Danielle Arbid quitte le Liban à l’âge de 17 ans pour s’installer en France où elle étudie la littérature comparée et le journalisme. Elle réalise des films depuis 1997. Ses films sont sélectionnés par de nombreux festivals et reçoivent chacun un très bon accueil critique, ainsi que des prix comme le Léopard d’Or et le Léopard d’argent vidéo au festival de Locarno ainsi que le prix Albert-Londres et la Villa Médicis hors les murs. Ses deux longs-métrages Dans les champs de bataille et Un homme perdu sont tour à tour sélectionnés au festival de Cannes en 2004 et en 2007 à la Quinzaine des réalisateurs. En 2011, elle tourne Beirut hotel téléfilm pour Arte, sélectionné en compétition officielle au festival de Locarno.

Festival Ville et Cinéma de la Maison de l'Architecture en Ile de France : «Intimité», du 23 au 26 juin 2015